Tout ce qu’il faut savoir sur le crowdfunding: Milo & Fine et la Bible du Shopping Intelligent vous partagent leur expérience

Aujourd’hui, les risques de créer son entreprise deviennent de plus en plus importants. Les entrepreneurs n’osent pas emprunter à la banque de peur de ne pouvoir rembourser.

C’est pourquoi, depuis quelques années, des plates-formes de crowdfunding se développent chaque jour pour aider des futurs entrepreneurs ou même des artistes à réaliser leur projet.

Dans cet article je vais vous expliquer en quoi consiste le crowdfunding, son histoire et ses différentes facettes.

Pour cela je suis allée à la découverte de projets qui ont vu le jour grâce au crowdfunding, et qui connaissent aujourd’hui un beau succès.

Le crowdfunding est une façon de financer un projet ou une entreprise par la mise en commun de petites contributions financières et cela à travers des plates-formes web.  La publicité et le démarchage se font principalement à travers les médias sociaux. Un entrepreneur à la recherche de financement peut présenter son projet à la « foule » (« crowd », en anglais) par l’entremise d’outils comme Indiegogo , Kickstarter, Haricot (Québec), Kisskissbankbank, et demander des contributions à ceux qui souhaitent y participer, moyennant un récompense.

Pour illustrer ce mode de financement j’ai décidé de me tourner vers deux entrepreneurs qui ont utilisé cet outil pour réaliser leur projet:

  • Laurence Bareil, une jeune animatrice télé québécoise, a gentiment accepté de répondre à quelques questions à propos de son projet portant sur la bible du shopping intelligent. Après avoir commencé a travailler sur le livre de la bible du shopping intelligent, la maison d’édition a fait faillite 1 mois avant la publication du livre. C’est pour cela que Laurence a décidé de faire appel au crowdfunding.
  • Chez Milo et Fine, un petit café très accueillant de Montréal où Cédric, un jeune Breton d’une trentaine d’année, m’a chaleureusement reçu pour discuter de son projet d’ouverture du café. Milo & Fine avait déjà acquis la majorité de ses équipements avant de faire appel au crowdfunding, il ne leur manquait plus qu’une machine a café d’une valeur de 5500$CAN.

 

  • Quelle plate forme avez-vous utilisé pour faire connaître votre projet et pourquoi ?

L.B: J’ai utilisé la plate forme Kickstarter car celle-ci me semblait plus sécuritaire que les autres au niveau du paiement.

C: J’ai utilisé la plate forme Indiegogo pour plusieurs raisons: La principale était que ce site propose des langues internationales. Cela permettait à mon projet d’être lu par tous. Aussi, la plate forme Indiegogo n’a pas de processus de sélection. Je pourrais dire que « n’importe qui » peut s’inscrire sur la plate forme. J’avais aussi le choix avec une autre plate forme qui s’appelle Kickstarter, mais celle-ci n’est qu’en anglais. C’est donc la raison pour laquelle mon choix s’est tourné vers Indiegogo.

 

  • Quelle a été votre démarche pour réussir à être présent sur cette plate-forme?

L.B: Sur Kickstarter, les démarches sont assez simples, il est très important de constituer un bon dossier. Celui-ci doit contenir une vidéo suivi d’un document écrit dans lesquels nous devons expliquer les différentes conditions en terme de “récompenses” pour les contributeurs.

C: Avant de mettre en place mon projet sur Indiegogo, j’ai eu la chance de pouvoir me familiariser avec cette plate forme car mon frère avait utilisé ce site web dans le cadre d’un projet. J’ai donc pu prendre connaissance des diverses fonctionnalités de cet outil.

En revanche, il était très important pour nous de mettre en place des récompenses pour les contributeurs à la hauteur de leurs attentes. Par exemple pour 10$CAN le contributeur avait son nom dans le local ainsi qu’une dégustation offerte de la fameuse galette saucisse.

 

  • Quel était le montant dont vous aviez besoin pour mettre en place ce projet? Avez-vous réussi à atteindre cet objectif?

L.B: Nous avions demandé 45 000$ CAN pour réaliser notre projet. Cette somme correspondait à la finalisation de toute la mise en page, les photos et l’impression.

Nous avons commencé la campagne sur Kickstarter le 10 novembre 2014, et en 21 jours nous avons réussi à amasser 45K, puis 51 461$ CAN le 1er décembre 2014 grâce à nos 705 collaborateurs.

C: Pour mettre en place notre projet, nous avions besoin de 6 000$ CAN ce qui représentait l’achat d’une machine à café d’une valeur de 5 500$ CAN et d’une emballeuse sous vide à 500$ CAN.

Nous avons commencé notre campagne sur Indiegogo le 2 novembre 2014, puis en 1 mois nous avons réussi à collecter 7 336$CAN grâce à nos 101 collaborateurs. Nous avons donc dépassé largement notre objectif !

 

  • Quelles sont pour vous les étapes cruciales pour réussir une campagne de Crowdfunding?

L.B: Pour réussir une campagne de Crowdfunding, je pense qu’il est très important d’avoir un bon dossier, de réaliser une vidéo pertinente et compréhensive, mais surtout avoir de bonnes idées de récompenses pour les contributeurs car ceux-ci sont très attentifs au retour d’une participation.

Ce qui nous a beaucoup aidé dans la réussite de notre campagne a été les réseaux sociaux, notre communauté n’hésitait pas à partager, liker, twitter notre campagne ce qui nous a permis de gagner en visibilité.

C: Pour moi, réussir une campagne de crowdfunding nécessite d’avoir un projet qui tient la route, et surtout d’avoir du vécu dans le projet.

Si je peux donner un conseil au futurs utilisateurs d’Indiegogo, c’est de ne surtout rien lâcher, de garder sa motivation du départ car cette expérience représente beaucoup de stress.

 

Le crowdfunding est donc un très bon moyen pour réaliser vos projets sans forcément passer par la case banque. Comme l’ont cité nos entrepreneurs, il faut réfléchir à des retours “intéressants” pour les contributeurs et à la manière de présenter son projet. Les réseaux sociaux ont énormément aidé Cédric et Laurence, dans leur visibilité et du coup dans la réalisation de leur entreprise.

N’hésitez donc pas à créer vos comptes sur les réseaux sociaux. Si vous rencontrez des difficultés contactez-nous.

Je tiens à remercier Laurence et Cédric pour m’avoir consacré du temps.
N’hésitez pas à aller déguster une bonne petite crêpe bretonne Chez Milo et Fine, vous y serez très bien accueilli !

Chez Milo et Fine

 

Lauren Marpeau

You may also like

Leave a comment