Évolution du métier de gestionnaire de communautés

Conseiller en médias sociaux, animateur de communautés, responsable des réseaux sociaux, coordonnateur en médias numériques… autant d’appellations existent aujourd’hui pour étiqueter le gestionnaire de communautés, ce raconteur d’histoires sur les médias sociaux, à la fois rédacteur, stratège, analyste et le premier contact avec lequel vos clients actuels ou potentiels ont accès dans la plupart des cas, car – avouons-le – lorsqu’on cherche un service ou une entreprise, on a tous le réflexe de chercher sur Facebook ou ailleurs et de poser notre question directement sur cette plateforme au lieu d’appeler ou de chercher dans un bottin!

Le gestionnaire de communautés des temps modernes, qu’il soit dans votre entreprise, en agence ou à son compte, son rôle a énormément évolué au cours des deux dernières années. D’ailleurs, il existe plusieurs formations pour exercer cette profession, ce qui n’existait pas auparavant (ou lire : dans mon temps!).

  • États des lieux de la profession

En 2012, Thoma Daneau avait effectué une première étude sur ce métier. Au total, 140 répondants québécois ont répondu au sondage. Voici quelques résultats en bref :

Après deux ans, le métier a vite progressé et s’est adapté aux diverses réalités. En décembre 2014, Kontest a voulu mettre à jour ce portrait du métier, mais plus largement au Canada. Pour cette étude, c’est 100 gestionnaires de communautés qui ont répondu à l’appel, ce qui a permis de dresser un état des lieux beaucoup plus récent. Les résultats ont été présentés en janvier dernier par Maxime Hurel, chef de projet chez Kontest.

  • L’enquête complète menée en décembre 2014 :

  • Le gestionnaire de communautés au Canada aujourd’hui

Et si on faisait son portrait? Le gestionnaire de communautés 2015 est âgé entre 24 et 29 ans, a un baccalauréat en communication, détient cinq ans d’expériences dans le domaine et gagne plus de 40 000 $ par année. Il travaille dans le secteur des médias. Dans son quotidien, il utilise principalement Hootsuite et Google Analytics, en plus des médias sociaux Facebook, Twitter, YouTube, Instagram et LinkedIn. Les principales actions effectuées quotidiennement sont les publications d’actualités et de promotion, en plus de l’organisation de concours pour ses communautés. Sa première difficulté rencontrée est le manque de temps pour terminer tout ce qu’il a à faire, étant donné que les tâches se multiplient et que l’analyse des données est de plus en plus importante pour les entreprises afin d’évaluer l’investissement de ses actions.

  • Les résolutions du gestionnaire de communautés

Non seulement son rôle change, mais les plateformes, elles, ne tiennent pas en place. Elles sont en constante évolution, donc il faut toujours que le gestionnaire de communautés soit alerte et à jour afin de propulser la marque le plus loin possible et de manière originale sur les médias sociaux, tout en ayant en tête les objectifs de l’entreprise. Plusieurs résolutions sont à noter pour les gestionnaires de communautés au cours de la prochaine année :

3) adopter le virage et l’intégration de la vidéo dans ses stratégies de contenus médias sociaux, mais aussi miser sur le placement publicitaire avec ce format;

2) investir en publicité, puisque l’algorithme de Facebook a diminué considérablement la portée des publications;

1) gérer mieux ses bases de données dans les campagnes avec des audiences personnalisées, en plus d’analyser les données recueillies.

En somme, la gestion de communautés est un métier plus reconnu en 2015. N’oublions pas que la gestion de communautés, c’est du long terme. Comme en couple, il faut s’investir, y aller étape par étape et dialoguer avec l’autre, en plus d’écouter ce qu’il a à dire, puis ne pas hésiter à aller de l’avant. Si la passion pour votre entreprise est au rendez-vous, alors les résultats seront visibles.

Pour moi, la solution parfaite du gestionnaire de communautés : passion pour le produit ou la marque + temps + stratégie de communication et marketing précise + cible définie + planification de la ligne éditoriale + oser partager du contenu créatif, original, en lien avec les intérêts de la communauté et qui sort des sentiers battus = une communauté engagée et des résultats positifs sur la notoriété et l’appréciation du produit ou de la marque.

Comment avez-vous fait place aux médias sociaux dans VOTRE entreprise? Faites-vous affaire avec un gestionnaire de communautés à l’interne ou à l’externe et pourquoi?

Si vous avez besoin d’aide en gestion de communautés, Continuum Communication peut vous aider 😉

Émilie Monette

Références :

Sondage par Adviso en 2012

L’étude menée en 2014

Formations reconnues au Québec

• Le gestionnaire de communautés VS le gestionnaire médias sociaux

«Checklist» du gestionnaire de communautés

• Que faut-il pour être gestionnaire de réseaux sociaux?

You may also like

Leave a comment