Faites le point sur la vitesse de chargement de votre site

Vous le savez certainement, la vitesse de chargement d’un site a un impact très important sur ses performances. Cela influence le référencement de votre site, l’expérience de l’utilisateur, l’expertise que renvoie votre entreprise et donc son image de marque. Ces domaines sont particulièrement importants si vous hébergez une boutique sur votre site, car les internautes ont besoin de fluidité et de professionnalisme pour rentrer dans un processus d’achat. Comme on peut le lire dans une infographie de OnlineGraduatePrograms.com, un retard de chargement d’une seconde par page pourrait faire perdre à Amazon près d’un 1,6 milliard de dollar par an! On y apprend aussi qu’un utilisateur sur 4 abandonne le chargement d’une page si celle-ci prend plus de 4 secondes. C’est particulièrement important lorsqu’on sait qu’une part de plus en plus importante de visites proviennent des mobiles, alors qu’encore peu de site sont optimisés pour ce genre de navigation. Comment faire le point sur votre vitesse et remédier éventuellement aux problèmes diagnostiqués?

Vitesse du site - Google PageSpeed

Établir un diagnostic

Un bon réflexe est de faire régulièrement un diagnostic de la vitesse de son site. Pour cela, il existe plusieurs outils très utiles, gratuits et simples. Le plus connu est le Google PageSpeed Insights. Vous obtiendrez une note sur 100, à la fois pour une visite mobile et une visite standard, avec des points prioritaires à corriger, des suggestions d’amélioration et enfin les bons points en votre faveur. A plus de 80 points, c’est excellent, entre 60 et 80, vous répondez aux critères de base, en dessous de 50, cela risque d’avoir un impact important sur votre référencement et l’expérience de l’utilisateur. Dans le même genre, on pourra aussi se référer à Pingdom et son outil gratuit. Mais ce n’est pas suffisant pour un vrai diagnostic. En cas de performances non concluantes, vous devrez jeter un coup d’œil à Google Analytics et Webmaster Tools. Sous Google Analytics, on se rendra dans la section « Comportement », puis dans « Vitesse de site ». Sinon dans Webmaster Tools, on ira dans « Exploration », puis « Statistiques sur l’exploration ». Ce dernier est un outil crucial pour voir si vos problèmes de vitesse sont imputables au kilo-octets téléchargés ou bien aux visites du Google Bot. On prendra note des dates pour les pics de temps de chargement et on essaiera de voir cela peut être lié à différents facteurs (maintenance sur le serveur, affluence des visiteurs, modifications de votre site…). On peut estimer qu’un site avec une moyenne en dessous de 1 sec est très performant, au-dessus de 3 secondes cela devient problématique. L’important est donc de comprendre si les problèmes de vitesse sont ponctuels ou bien structurels.

Vitesse - Webmaster Tools

Faire une check-list des améliorations potentielles

Afin de vous aider à trouver des moyens d’améliorer votre site, voici une check-list que vous pouvez suivre, en attendant les conseils de votre webmaster:

L’hébergement. C’est un des facteurs les plus importants pour la vitesse d’un site. La plupart de vos sites sont certainement hébergés sur des serveurs mutualisés, économiques et relativement performants (moins de 100$ par an). Si votre trafic ne dépasse pas les 1000 visiteurs par jour et que vous n’avez pas une boutique web importante, inutile de passer sur un serveur dédié. Dans le cas contraire, il s’agit d’un budget conséquent (aux alentours de 100$ par mois), mais cela aura un impact crucial sur les performances et la stabilité de votre site (vitesse de chargement divisée par deux en général). Une solution intermédiaire peut être le serveur dédié virtuel.

Le poids de votre site. Si votre site affiche un énorme carrousel, de multiples vidéos ou s’étend sur une unique page se déroulant vers le bas (à la mode, mais très déconseillé pour le référencement), rien d’étonnant à ce que vous enregistriez de mauvaises performances de vitesse. Voici tous les points principaux que vous devrez surveiller afin d’alléger votre site:

  • compression des images 
  • compression gzip
  • allègement du code css (via des « sprites », faites-en la demande à votre web designer)
  • optimisation du Javascript
  • utilisation de la mise en cache
  • bannissement du Flash (très lent à s’exécuter. Au yeux de Google, le Flash est archaïque)
  • utilisation d’un CDN (un bon article sur le sujet pour les utilisateurs WordPress).
  • amélioration éventuelle de la base de données SQL

-En amont, c’est aussi au moment de la création du site qu’il faut faire des choix. Pensez à construire votre site en allégeant le plus possible le code css, ou en vous basant sur des thèmes bien construits et légers. Tout le monde aime les thèmes très dynamiques avec de grandes images et du mouvement en Javascript, mais si vous souhaitez construire une boutique stable et rapide, ce n’est pas ce qui est forcément le plus pertinent.

-Concernant les plugins, notamment sous WordPress, ils sont d’une grande utilité pour améliorer les performances, mais ils ont tous un impact sur le temps de chargement. Certains plugins prendront quelques millisecondes, d’autres quelques dixièmes de secondes ce qui peut s’avérer problématique lorsqu’on en a une quinzaine. Si vous pouvez programmer en vous passant de certains plugins, faites-le, pour le reste, gardez les indispensables. Et lorsque vous comparez des plugins, prenez en compte leur vitesse de chargement. Pour les utilisateurs WordPress, voici les plugins d’amélioration de vitesse qui sont le plus souvent conseillés:

  • W3 Total Cache, ou Quick Cache, pour la mise en cache
  • Smush.it, pour la compression des images
  • Wp-Optimiser, pour améliorer la base de données
  • P3 Plugin Performance Profiler, très utile, ce plugin vous fait un rapport sur les performances de vitesse de votre site et sur le temps consacré au chargement de chacun de vos plugins. C’est donc un excellent complément pour établir votre diagnostic régulier si vous utilisez WordPress.

Pour celles et ceux qui souhaitent aller plus dans les détails, voici un excellent article ressource sur le sujet, publié sur WebrankInfo.

 

Raphaël Bantigny

You may also like

Leave a comment