Le langage du marketing numérique pour les nuls

Marketing numérique : commençons l’année 2018 en beauté!

Ah! Ce cher mois de janvier! Les douces 4 semaines de tous les possibles. La tourtière est à peine digérée qu’on se met déjà à prendre des grandes et belles résolutions pour l’année qui nous attend à bras ouverts. New Year New Me, let’s go tout le monde, on s’inscrit à un cours d’aquagym, le frigo est rempli de choux kale et on envisage sérieusement le vélo d’hiver (avec un masque de ski ça marche non?). Les amis, on croit en vous.

Et professionnellement alors qu’est-ce qu’on se souhaite pour 2018? Un marketing numérique efficace bien sûr! Soudain on se rappelle honteusement qu’au party du Nouvel An on s’est un peu mêlé les pinceaux devant un oncle Gérard perplexe en essayant de lui expliquer la notion de SEM. Ça serait bien d’y voir enfin clair dans ce charabia de langage marketing pour bien commencer l’année (98% pour aider notre PME à croître et 2% pour briller en soirée devant le buffet de petits fours).

We got you covered. Comme nous aussi on est des fans de bonnes résolutions et que votre réussite nous tient à cœur, on s’est dit que ce glacial mois de janvier était le moment idéal pour réviser quelques bases.

Juste pour vous, tout chaud, tout beau : notre petit lexique des mots importants du marketing numérique!

On attache nos ceintures en fibre de bambou biologique et c’est parti!

Quelques outils du marketing numérique

  • La Landing page / page d’atterrissage

Ah ben! Nous qui venions de faire une blague douteuse sur le fait d’attacher sa ceinture! Bon hélas, ça n’a rien à voir avec les avions (on sait, c’est dommage).
La landing page est une page web unique qui a pour but de répondre directement à la requête de votre client. Elle vous permet donc d’afficher clairement une offre spécifique, une annonce, une promotion, une vidéo. Mais quelle différence avec un site web régulier alors? À l’inverse d’un un site web régulier qui contient plusieurs pages, la page d’atterrissage ne présente qu’UN seul item. En règle générale, cette page permet de récolter des informations sur des prospects qualifiés grâce à un formulaire (data) avec lesquels vous pouvez effectuer un suivi par la suite (courriel, téléphone…).

Envie d’essayer ? Leadfox vous donne l’occasion de créer votre page d’atterrissage via leur plateforme et de réaliser plusieurs outils pour votre marketing numérique.

  • Le Pop-up

Souvent un tant soit peu agaçantes, ces petites bêtes n’en sont pas moins diablement efficaces! Aussi appelée fenêtre intruse, il s’agit d’une boite (fenêtre) secondaire qui s’affiche automatiquement devant vous lorsque vous visitez un site internet. On l’utilise pour plusieurs raisons: s’inscrire à une infolettre, télécharger un guide ou une vidéo, afficher un message publicitaire, etc. Quels sont ses avantages si ce n’est d’irriter les destinataires, vous demandez-vous ? Holà, pas si vite les sceptiques ! Nous on y croit aux Pop-ups ! Si elle est bien réalisée, cette fenêtre peut attirer positivement l’attention du visiteur et possiblement l’inviter à fournir des informations sur lui. Avec cette option, vous récoltez des informations précieuses sur les utilisateurs et vous faites grossir votre base de données d’un seul coup d’un seul. Par contre petit bémol (l’honnêteté avant tout) on préfère vous prévenir que l’efficacité de ces chères Pop-ups peut être limitée par le filtrage des navigateurs. Mais ça vaut quand même la peine de se lancer non ? #popupbeliever #hashtagsdouteux

marketing numérique le popup 

  • Data

 S’il y’a bien un mot qu’on utilise à tort et à travers sans en connaitre le sens véritable ça serait celui-ci ! Alors le data en marketing c’est quoi ? Le data ce sont les données que l’on récolte sur un site internet ou une application à des fins d’utilisations marketing et publicitaires. Donc ça peut être un peu tout : des informations personnelles des clients, aux habitudes d’achat en passant par le trafic sur un site. Jusque-là, c’est assez évident. Le problème avec le terme data, c’est qu’on l’utilise avec de nombreux autres mots.

Attention, lexique dans le lexique :

Quand on parle de data marketing, ou de data-driven marketing, on parle d’un type marketing qui se base justement sur le data donc sur l’utilisation des données récoltées à bon escient pour cibler une clientèle. À notre époque de digitalisation à grande échelle, le data marketing est de plus en plus favorisé aux dépens de la publicité traditionnelle (publicité externe ou télévisuelle par exemple) qui elle n’a pas les moyens de collecter des données sur les utilisateurs.

On retrouve différentes pratiques de data :

  • Le first party data, il s’agit des données propres à l’annonceur lui-même, celles qui lui appartiennent directement.
  • Le second party data quant à lui, désigne les données propres à un autre annonceur, qu’on acquiert souvent grâce un partenariat.
  • Le third party datadésigne des données que l’on achète à des fournisseurs de données. Le plus souvent il s’agit de données sociodémographiques (âge, sexe, revenus).
  • Le data sharing est une pratique de partage de données pertinentes entre deux acteurs souvent dans le même domaine pour que l’un puisse profiter des données de l’autres et vice versa (comme on dirait: sharing is caring).Et finalement, on parle de big data dans le cas de certaines entreprises qui engrangent tellement de données qu’elles ne sont même plus capables de les analyser (TROP C’EST TROP !). Blague à part, le big data représente un des grands enjeux marketing actuel qui fait beaucoup couler d’encre (ou TedTalker aussi d’ailleurs, on les écoute ici : https://www.ted.com/search?q=big+data)

Pour finir en beauté, on vous dira que le mot data vient en fait du latin : le participe passé neutre au pluriel du verbe do, das, dare (donner) et veut dire «choses données»! Si ça n’épate pas votre oncle Gérard ça, on ne sait plus quoi faire!

  • Le Courriel automatisé

Vous connaissez tous le courriel de base (si vous avez des doutes lisez notre article le marketing par courriel ). L’automatisé est une coche au-dessus. Son intérêt : envoyer des informations pertinentes en fonction du cheminement de votre prospects pour le convertir en client. Vous pouvez programmer différents courriels en fonction des actions de votre prospect (ouverture de courriel, visite de page, achat…). Il est important de réfléchir en amont aux différents chemins et actions que peuvent vos prospects afin de faciliter la mise en action. Vous voulez des exemples? On vous en donne! Vous pourriez envoyer un courriel automatisé par exemple quand un utilisateur s’inscrit à votre newsletter, pour le remercier et lui souhaiter la bienvenue dans votre communauté. Vous pourriez également envoyer un courriel automatisé après la livraison d’un produit chez un client pour lui demander son avis. Votre client se sent choyé et vous gagnez du temps puisque, comme son nom l’indique, le courriel s’envoie automatiquement : WIN WIN!

courriels automatisés 

SEM – SEO – SEA (ou l’art du référencement) : essentiels dans votre marketing Numérique

 On en entend parler, on les confond, on les mélange ! N’ayez craintes, on met de l’ordre dans tout ça. On vous parle des trois concepts ensemble parce qu’on ne peut en citer un sans parler de l’autre (et de l’autre, et de l’autre… et voilà)

  • SEM

Le SEM est en fait l’acronyme anglais de Search Engine Marketing (allô loi 101). Pour les défenseurs de la langue de Molière entre nous, on peut le traduire par « Marketing par les moteurs de recherche ».
Un utilisateur est à la recherche d’un service ou d’un produit et il tape un mot dans Google ou tout autre moteur de recherche (on ne sait jamais : Yahoo si tu nous entends !) : quel est le premier site internet qui apparaît ? On veut que ce soit le nôtre bien sûr ! C’est tout le problème entourant les pratiques du SEM. Le SEM décrit donc les actions que l’on entreprend pour augmenter la visibilité d’un site dans les moteurs de recherche. On voudra par exemple optimiser le positionnement de celui-ci dans les résultats de recherche de manière organique (SEO) et on pourra également payer pour que le site apparaisse dans les résultats sponsorisés (SEA).
En bref, le SEM comprend le SEO et le SEA.

  • SEO

Le SEO, l’acronyme de Search Engine Optimization, c’est justement l’art de positionner un site, une page web dans les premiers résultats d’un moteur de recherche, de manière organique. Dans un monde ou Google est roi, les stratégies SEO se résument souvent à se soumettre au mode de fonctionnement propre à Google. Le but ultime : que l’algorithme du moteur de recherche attribue à notre site un score de pertinence qui nous permet d’apparaître sur la première page de résultats Google. Ne vous voilez pas la face, c’est souvent la seule page consultée. « OUI ON VEUT ÇA PRENEZ MON ARGENT » Et bien non ! Google n’a cure de vos écus ! Ce référencement ne se paie pas mais est plutôt le résultat d’actions marketing pointues et de veille des changements dans les algorithmes. On remonte donc ses manches et on travaille sur liens internes de notre site, sur l’utilisation de mots clés appropriés et des balises adéquates pour booster le classement de notre site sur le moteur de recherche.

  • SEA

Si on a de l’argent à y mettre, on se tourne vers le SEA. Acronyme de Search Engine Advertising qu’on pourrait traduire par « publicité sur les moteurs de recherche » le SEA décrit donc l’utilisation de liens commerciaux ou publicitaires sur les moteurs de recherche. Spoiler Alert ! On en reparlera plus bas dans notre section sur les Google Adwords.

Quelques plateformes de publicités en marketing Numérique

  • Facebook Ads

 Comment ne pas aimer Facebook? Votre grand ami Marketing, il vous aide à espionner vos concurrents, à rassembler votre communauté et à entamer la discussion avec elle.

FacebookAds est un service publicitaire offert par Facebook qui s’utilise sur Facebook. Cela vous permettra de mettre en avant votre site internet, votre produit ou votre service sur le réseau social le plus utilisé au monde. On sait bien que Facebook espionne un minimum nos habitudes (paranoïaques s’abstenir) mais dans la promotion de votre produit sur Facebook, on profite justement de tout le data  engrangé par ce géant de l’amitié pour s’adresser avec précision à des clients potentiels. On peut donc profiter de Facebook et de ses algorithmes pour cibler très précisément notre clientèle avec des critères sociaux-démographiques tels que l’âge, la localisation, etc. On note encore que FacebookAds s’adapte au budget de chacun et cela en fonction de la portée de notre campagne. En résumé : on lâche les photos de notre amie Marie-Jo à Punta Cana et on va créer une FacebookAd subito presto pour notre entreprise ! (Nos 5 conseils pour vos pubs Facebook, c’est ici)

 Marketing Numérique Facebook ads

  • Linkedin ads

Même principe, autre réseau social, différente portée. LinkedIn ne permet pas seulement à des recruteurs admirateurs transis de votre profil de vous poursuivre sans relâche, il permet tout comme Facebook d’y afficher des publicités via son service de LinkedInAds. On paie afin qu’une publicité pour notre site ou produit s’affiche pour les utilisateurs de LinkedIn. Si on le compare aux FacebookAds, on pourrait dire que les LinkedInAds présentent quelques différences :

  • Les utilisateurs de LinkedIn sont des professionnels, des recruteurs, des chercheurs d’emploi.
  • Linkedin n’est pas consulté pour les mêmes choses que sur Facebook : on cherche un travail ou on recrute, on développe ses affaires, on discute avec des prospects et clients.

On comprend facilement que la portée d’une LinkedInAd serait donc moins large qu’une FacebookAd. Pourtant la publicité sur LinkedIn présente également de grands avantages : il nous sera possible avec notre publicité de cibler une clientèle professionnelle dans un domaine particulier (B2B : business to business) ce qui peut être très intéressant. Et comme elles sont moins utilisées, les LinkedInAds pourraient permettre à votre campagne de se démarquer sur une plateforme qui n’est pas (encore) inondée par la publicité. Et tout comme Facebook, LinkedIn offre des formules qui s’adaptent à tous les budgets. On aime ça (et on lit notre article sur le InMail et les LinkedInAds ici)

Marketing Numérique - Linkedin Ads

  • Google AdWords

Retour à notre géant adoré du moteur de recherche : ce bon vieux Google. Au détour d’un simple mais néanmoins savant (!) jeu de mot entre Advertising et Word, Google vous offre également sa plateforme publicitaire : AdWords. Et contrairement à ses cousins LinkedIn et Facebook qui utilisent principalement des ciblages sociaux-démographiques, Google lui, ne s’intéresse qu’à une seule chose : AUX MOTS (et aussi aux habitudes de navigation mais ça gâchait notre effet)

Comme Google fait partie de notre quotidien, on sait tous ce qui se passe quand nous lançons une recherche : deux listes de résultats sont affichées. Au centre de la page, se trouvent les résultats du moteur de recherche lui-même que l’on appelle aussi les résultats « organiques ». En haut de la page, nous trouverons les résultats provenant de la régie AdWords où on lit le mot « Annonce » à côté du lien. Il est donc possible de payer Google pour que votre site se trouve dans ces trois premiers liens affichés comme des « annonces » en haut de la page. Comme on s’en doute, cette publicité est d’une grande efficacité puisqu’elle permet de cibler les internautes en fonction de la recherche effectuée. Comme l’utilisateur fait cette recherche, il est très susceptible d’y porter un intérêt certain. En d’autres mots, je cherche des bottes de pluie, je tape « bottes de pluie » sur Google, je vois la publicité pour tes bottes de pluie, je clique sur ton lien de bottes de pluie, J’ACHÈTE DES BOTTES DE PLUIES ! Aussi simple que ça, The Power of Words !

Marketing Numérique Google Adword 

Les immanquables de votre marketing numérique 

  • Tunnel / Funnel d’acquisition

Faites chauffer les cartes de crédit, on parle ici d’achat en ligne. Le 26 décembre, Boxing Day, sans vous rendre compte, poussez par la fée des soldes, vous remplissez un panier virtuel de produits merveilleux sur le site d’un annonceur. Et soudain ! Comme par magie ! Alors que vous vous posiez encore mille questions existentielles sur votre budget 2018, voilà que votre MasterCard s’est matérialisée dans vos mains, votre commande est passée, votre argent disparu et y a un gars de chez FedEx chargé de paquets qui sonne à votre porte MAIS QUE S’EST-IL PASSÉ ! Un tunnel efficace, mesdames, messieurs.

En quelques mots, un tunnel d’achat ou d’acquisition sur un site commercial est le parcours que suit un internaute de son arrivée sur le site jusqu’à la page de confirmation de la commande. On veut connaître et guider le consommateur sur son chemin de l’entrée du site, à la sélection du panier d’achat jusqu’au passage de la commande. On veut en quelque sorte faciliter les étapes et la marche à suivre pour éviter le plus possible que le consommateur abandonne son panier sans finaliser sa commande. Le tunnel d’achat peut varier d’un site à l’autre mais on peut par exemple penser à ces sites commerciaux où une préinscription est possible. Une fois inscrit, le client pourra réaliser son achat en 1 clic seulement ! Le rêve? La banqueroute? À vous de juger mais blâmez les tunnels.

Marketing numérique Tunnel d'acquisition

  • Lead magnet

 (Encore un terme anglais pfff on en a marre!) C’est quoi cette histoire d’aimant. C’est un peu comme quand vous offrez des muffins à Jean-Eude à la compta pour qu’il vous fasse votre déclaration d’impôt. Il ne peut vous résister car vos muffins carottes/pacanes sont trop bons et voilà qu’il vous promet de vous faire votre déclaration tous les ans. Vous l’avez aimanté bande de petits pâtissiers diaboliques! Soudoiement? Non! Échange de bon procédé. Le lead magnet c’est un peu ça (vite fait). Vous avez beau avoir le plus beau site web du monde, il vous semble que les visiteurs sont un peu réticents à vous donner leurs informations personnelles pour que vous les inondiez de mots doux. La création d’un lead magnet s’impose. Vous allez donc leur offrir quelque chose en échange de leurs informations de contact. Et le lead magnet ne s’arrête pas à la simple promesse d’une infolettre, on parle ici d’une offre solide avec du contenu qui sera utile à votre clientèle cible. Vous pourriez offrir des template par exemple, ou encore l’accès à un webinar, un rabais dans votre boutique ou des e-books contenant des informations pertinentes. Ainsi vous instaurez une relation gagnant/gagnant avec vote clientèle. Ils reçoivent de vous du contenu et profitent de votre expertise tandis que vous pouvez les ajouter à votre liste de contacts.

  • Conversion

 Angoissés de la performance s’abstenir, on parle de résultats. Sortez votre iPhone, votre calculatrice Casio ou votre boulier, l’heure de vérité a sonné, c’est le temps de calculer si votre campagne a bien fonctionné. Pour se faire, on va déterminer le taux de conversion. Avec ce dernier on va déterminer le rapport entre le nombre de personnes touchées par votre campagne et ceux qui ont effectivement réalisé l’action que vous désiriez. Par exemple, mettons que vous organisez un concours sur internet pour qu’une heureuse personne gagne l’un de vos produits qui font votre réputation. Une fois que vous aurez remis le prix au chanceux, viendra le temps du bilan. Combien de personnes ont-elles eu accès à l’information de votre concours (sur votre site web, par courriel, sur Facebook, etc.)? Maintenant combien de ces personnes ont effectivement participé à votre concours? La différence entre ces deux chiffres est votre taux de conversion. On calcule ce taux pour déterminer la réussite ou l’efficacité de toute sorte d’actions marketing (participation à des événements, téléchargement d’une application, acheteur après une compagne publicitaire). Il y a autant de type de conversions que d’objectifs de campagne.

  • Experience Ux

 (On commence ça fancy en vous disant que c’est un peu répétitif en français de parler d’expérience UX puisque UX veut dire User eXperience , donc ça reviendrait à dire expérience « expérience utilisateur ». On avait juste envie de le plugger). Le UX c’est quoi alors? Le UX décrit la qualité de l’expérience d’un utilisateur face à un service, une interface etc. Avec le UX on cherche le bonheur. Et on ne parle pas simplement ici de rendre une interface facile d’utilisation, un site internet ergonomique ou un service efficient, avec le UX c’est de l’impact émotionnel de l’utilisateur dont il est question. Un peu flou tout ça non? Alors pourquoi ne pas en croire les mots de l’inventeur du terme UX, Donald Norman : l’UX selon lui correspond “aux réponses et aux perceptions d’une personne qui résultent de l’usage ou de l’anticipation de l’usage d’un produit, d’un service ou d’un système”. Parce qu’on pourrait vous écrire une thèse sur le sujet, on préfère vous référer à des vrais scientifiques!

On l’écoute en parler ici et par temps pluvieux on lit peut-être la brique de Jesse James Garett

  • Personnae

Un terme latin de plus pour épater la galerie! Une persona (personae au pluriel) en marketing désigne un personnage imaginaire représentant un groupe cible dans le cadre du développement d’un nouveau produit, d’un service ou d’une activité marketing. Cette personne type susceptible d’acheter notre produit, il faudra s’en faire une image précise afin d’augmenter les chances de lui plaire. Alors c’est le temps de faire ressortir le romancier en vous et d’inventer toute sorte de caractéristiques à votre personnage. On lui donne un nom (Lisa), un âge (32 ans) un statut relationnel (c’est compliqué), un métier, une situation géographique, des allégeances politiques, des croyances ésotériques. La liste est longue. Une fois que vous aurez imaginé votre personna, vous pourrez créer des messages et des campagnes adaptés à votre clientèle.

  • Marketing d’influence

Aujourd’hui votre bloggeuse préférée que vous suivez religieusement sur instagram publie une photo de son succulent strudel aux pommes du temps des fêtes. À votre grande surprise, l’instagrameuse a utilisé le lait d’amande de la marque X pour réaliser sa splendeur pâtissière. Vous aussi vous voulez que votre strudel semble tout droit sorti des cuisines de Martha Stewart. Alors vous courez acheter le lait d’amande X qui doit être la clé de votre réussite et vous venez du même coup d’être la victime consentante du marketing d’influence. BAM! Dans le marketing d’influence on tend à utiliser le potentiel de recommandation des influenceurs pour promouvoir notre produit ou notre service. On va donc demander à un instagrameur, un bloggeur ou un youtubeur connu et suivi par de nombreux utilisateurs d’en faire la promotion. Plusieurs techniques sont utilisées pour ce type de marketing. On parlera de placement du produit (l’affaire du lait d’amande X) mais aussi de buzzkit (on offre un produit à un bloggeur en espérant qu’il l’aime d’amour et qu’il en fasse la promotion), et également de sponsor d’articles de blogs.

Marketing d'influence

C’est sur ces bons mots que l’on termine ce fastidieux lexique sur le marketing numérique! On espère avoir remis quelques pendules à l’heure. Vous voulez discuter d’un des sujets ci-dessus en particulier? N’hésitez pas à nous contacter (muffin et strudel non inclus).

BONNE ANNÉE 2018!

Aline Desarzens

 

 

 

 

 

Photo by Jeff Sheldon on Unsplash

You may also like

Leave a comment